Vers et vermifuges chez les équidés : conserver son animal en santé

 23.00

La vermifugation chez le cheval est un longue histoire que nous raconte la Dresse vétérinaire Ophélie Christen, qui, avec la Dresse biologiste Liselore Roeflstra favorisent le dépistage des vers dans les crottins afin de cibler pour chaque équidé la nécessité d’être vermifugé ou pas. Le problème de la résistance de plus en plus grandes des vers aux vermifuges nécessite, pour chaque propriétaire d’équidés une vraie réflexion de fond et une autre manière de traiter. Si vous avez un cheval, poney ou âne, alors cette conférence, vous devez absolument la regarder !

Payer dans une autre devise

Euro (€)
Franc suisse (CHF)

Merci de payer dans la devise de votre pays de résidence. Pour les québecois, dans la devise de votre choix.

    Description

    Les vers chez les équidés, en veux-tu en voilà : quand et comment traiter de manière éclairée mon cheval-poney-âne pour le maintenir en santé ?

    • Quels vers abrite mon cheval ?
    • Quand dois-je le vermifuger ?
    • Avec quel vermifuge ?
    • Qu’est ce qu’une résistance ?
    • Est-ce nécessaire de vermifuger tous les chevaux ?
    • Existe-t-il des alternatives aux vermifuges chimiques ?
    • Qu’est ce que la vermifugation sélective ?

    Si vous aussi ces questions vous intéressent, une biologiste et une vétérinaire y répondront lors de cette conférence interactive. Après une présentation des connaissances actuelles et des alternatives possibles pour mieux gérer les vers de nos équidés, vous aurez tout le loisir de poser vos questions en ligne.

    Vous pouvez aussi lire cet article pour en savoir plus : Vers et vermifuges chez nos équidés : comment maintenir nos animaux en santé et vermifuger de manière raisonnée.

    Dr méd. vét. Ophélie Christen

    Vétérinaire depuis 2001, j’ai travaillé en tant qu’assistante au sein de diverses pratiques mixtes. Étant très intéressée par la médecine équine, j’ai eu la chance de travailler au Haras national à Avenches ainsi que de faire mon doctorat sur le thème du « Traitement des sarcoïdes équins avec une préparation à base de gui, IscadorÒ P» en collaboration avec l’Institut de recherche en agriculture biologique (FiBL) à Frick et la faculté Vetsuisse de l’université de Berne.

    Depuis 2007, j’ai ouvert ma pratique vétérinaire pour les chevaux et les animaux de rente à Enges et afin de pouvoir exercer la médecine complémentaire dans ma profession, je me suis formée en homéopathie ainsi qu’en phytothérapie. Je continue aussi de travailler pour la recherche sur les sarcoïdes équins au sein du FiBL.

    Afin de minimiser la formation de résistances et l’impact écologique de la vermifugation des chevaux, je me suis très vite intéressée à la vermifugation sélective et au travail effectué par les Drs. Roelfstra et Quartier. Une collaboration étroite entre confrères permet d’exploiter les spécialisations de chacun et ce à la satisfaction des clients, pour le respect des animaux et de leur santé.

    Sur le web :  www.viscumvet.org   www.fibl.org

    Dr biologiste Liselore Roeflstra

    Lors de ma formation de biologiste, je me suis spécialisée en parasitologie et en physiologie animale. En 2001 j’ai effectué mon travail de diplôme sur l’évolution saisonnière des parasites gastro-intestinaux chez les chevaux. C’est lors de ce travail que j’ai rencontré le Professeur Pfister, référence mondiale de la parasitologie vétérinaire. Je suis partie dans ses laboratoires de la Faculté vétérinaire de Münich durant plusieurs années pour effectuer mon doctorat. J’ai beaucoup travaillé sur le fonctionnement du système immunitaire des chevaux lors de l’infestation par des Gastérophiles. C’est également là-bas que je me suis rendu compte de l’importance de la vermifugation sélective, déjà très ancrée dans les mœurs, et me suis familiarisée avec toutes les techniques. Depuis je suis passionnée par ce sujet qui s’applique au fond à beaucoup d’espèces.

    J’ai fondé en 2013 avec Marion Quartier, le laboratoire Animal Diagnostic. Depuis on a développé le laboratoire et on a diversifié l’offre des analyses d’autres espèces animales.